Histoire de Barsaive

La province de Barsaive est ancienne et son histoire est complexe. Le Châtiment ayant détruit nombre de reliques et de traces d’anciennes légendes, l’histoire réelle de la province n’est malheureusement plus vraiment accessible, et les seules archives connues, crédibles et dignes d’attention sont celles des nains de Throal. Même à cet endroit, quelques incidents ont détruit de précieux documents et les nains admettent bien volontiers que si les grandes lignes de l’histoire sont connues, les détails sont pour leur part irrémédiablement perdus.

La genèse

Aucune des races de donneurs-de-noms ne s’accorde sur cette période de l’histoire, et chaque peuple possède sa propre légende qui raconte la naissance des premiers donneurs-de-noms. La seule chose réellement notable dans tout ce mélange d’histoire, est que tout le monde semble s’accorder à dire que la race de donneurs-de-noms la plus ancienne est celle des Dragons, suivie par celle des… Sylphelins.

L’ère de la diversité

Le texte le plus ancien que nous possédions vis-à-vis de la province est un extrait d’une geste de troubadour, qui remonte à une ère méconnue où d’autres races de donneurs-de-noms semblaient s’être échouées en Barsaive. Les traces qui nous restent parlent avec une certitude quasi-certaine de 13 races de donneurs-de-noms, et quelques dizaines d’autres plus ou moins fantasques.

Le repos des peuples : la Paix Millénaire.

Après une période agitée (faire entrer autant de monde en Barsaive ne peut pas se faire sans mal), les différents entre les peuples se sont peu à peu résolus, et les braves citoyens de Barsaive se sont définitivement installés dans une paix assez forte qui a duré pendant plusieurs milliers d’années. C’est à cette époque que furent trouvés les Livres du Châtiment. Cette liasse de manuscrits a été retrouvée par un mage elfe dont le nom a été perdu dans les âges. Il a compilé, lu et étudier les parchemins, et le résultat de son analyse fut si absurdement cataclysmique et ignobles qu’il fut sommé par la cour elfique de renoncer à ses travaux ou d’aller les poursuivre hors de la province. Il accepta la deuxième proposition et partit vers le Sud-ouest vers la grande mer, y étudier le bouquin et les créatures dont il parlait. Cet incident resta ignoré de la grande majorité des citoyens de la province, et ceux-ci goûtaient à un climat politique et social particulièrement favorable. Jusqu’au jour où…

Les royaumes de Cara Fahd, l’âge d’or des Orcs.

Dans le Sud-ouest de la province, les Orcs se sont unifiés sous la bannière d’un nécromancien particulièrement puissant. Son nom réel fut rayé de tous les livres d’histoire par les Thérans des siècles plus tard, mais on connaît son existence sous le doux sobriquet de « Sanguinaire ». Il a créé les royaumes orcs de Cara Fahd, et organisé la conquête de la province avec une fougue et une violence sans précédent.
Pendant de longues décades, les Orcs furent crains de toute la province, et s’ils ne la dominaient pas par la force, c’est uniquement parce que toutes les puissances de la province acceptaient de leur payer un imposant tribut.
La situation se retourna lorsque les orcs, avides de gloire et de batailles, attaquèrent les villages T’Skrangs du fleuve Serpent. Throal prit le parti des hommes-lézards et les orcs rencontrèrent une défense plus efficace que prévue. De l’autre coté, une nouvelle puissance approchait et semblait vouloir pénétrer en Barsaive : les Thérans.

Domination Thérane, les Grands Empereurs

Les Thérans ne firent qu’une bouchée des royaumes Orcs, de par leur organisation et leur technologie grandement supérieure. C’est ainsi que Barsaive se retrouva sous la coupe des Thérans : ils ne s’étaient pas aventuré dans la province, mais avaient échangé contre la paix une puissance politique incontournable et de nombreux accords commerciaux très favorables. Ayant réduit les orcs en esclavage et après avoir rasé les royaumes de Cara Fahd, les Thérans avaient montré l’exemple de leur détermination et de leur efficacité. Les nains de Throal, bien conscients de la situation, n’avaient d’autre choix que coopérer.
Les Thérans étaient venus en Barsaive pour chercher de l’Orichalque, et mirent tout en œuvre pour en vider les réserves. C’est ainsi qu’éclatèrent les premières Guerres de l’Orichalque, et l’intérêt de Théra pour le minéral avait de quoi rendre les provinciaux suspicieux. Il y avait de quoi, car le matériau était au cœur du plan des Thérans.

Le plan des Thérans, La deuxième Guerre de l’Orichalque

Les Thérans étaient en fait un empire construit sur les bases de l’école de magie fondée par le mage elfe qui avait lu les livres du châtiment. Ils avaient ainsi appris l’arrivée imminente d’un cataclysme, et la protection contre le fléau des horreurs impliquait la possession d’une quantité d’Orichalque impressionnante. Ils se mirent ainsi à vendre à un prix exorbitant tout l’Orichalque qu’ils avaient pillé des décennies auparavant. Les peuples de Barsaive ne choisirent pas tous de coopérer, et quelques guerres terribles ont éclaté, menant notamment à la destruction quasiment complète des Pirates du Cristal, une assemblée Trolle qui avait fort mal vécu le stratagème.
Les Thérans construisirent ainsi, à la demande de tous les peuples consentants, des centaines de Kaers creusés sous la terre, qui permettrait à ses occupants de survivre aux longs siècles que devait durer le châtiment. Quand le dernier Kaer fut construit, ils rentrèrent chez eux et s’enfermèrent à double tour sous des coupoles d’Orichalque pur. En Barsaive, les habitants firent de même, et le châtiment commença.

Le reste est assez bien connu, et les nains ont repris leur habitude de soigneusement noter tous les événements importants, cette fois avec maintes copies et sur des supports bien plus robustes.

Histoire de Barsaive

Les ombres de Barsaive Marchetti_Simon Marchetti_Simon